Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 21:53

En décembre 2013, dans le cadre de l'exposition sur le siècle des Lumières et pour célébrer le triste tricentenaire de la bulle Unigenitus, j'ai donné une conférence à la médiathèque de Montpellier sur le thème:

Comment peut-on être janséniste au siècle des Lumières?

https://mediatheques.montpellier3m.fr/JEUNESSE/doc/IFD/IFD_REFDOC_0001140/rencontre-avec-catherine-maire-et-claude-lauriol-comment-peut-on-etre-janseniste

Comme il manque la fin dans l'enregistrement video, je vous en donne le résumé:

Bilan : Comment peut-on être janséniste au siècle des Lumières

D’un côté les jansénistes sont indéniablement les ennemis des philosophes, il est impossible de le nier. Ils ont inventé le mythe du complot des philosophes, d’une redoutable efficacité. Le déisme conduit infailliblement à l’athéisme selon eux. Les philosophes avancent masqués, ils cachent ce dessein secret pour mieux renverser le trône et l’autel. Ils sont directement à l’origine de la mise à l’index de Montesquieu, notamment par les célèbres articles des NNEE de l’abbé Gaultier auxquels Montesquieu répond dans la défense de l’Esprit des lois. Sans leur intervention l’Encyclopédie n’aurait peut-être pas été examinée une seconde fois par le Saint-Office et n’aurait pas été condamnée aussi définitivement. Ils ont montré aux consulteurs romains qu’il y avait une incompatibilité totale entre les lumières et la religion. Ils ont largement contribué à la prise de conscience d’un irréductible clivage. Ils portent une lourde responsabilité dans l’interruption des Lumières religieuses en France dont la condamnation de la thèse de l’abbé de Prades est le signal, suivi par la mise à l’index de l’Esprit des lois. Ils n’admettent aucun compromis entre les lumières et la religion.

De l’autre côté, ils ont indéniablement contribué, à leur corps défendant au développement des Lumières

Esprit critique : appel à l’opinion publique, au tribunal du publique, dès le départ de la résistance, ils prennent les fidèles à témoin, traduisent la bulle Unigenitus, la donnent au jugement de tout un chacun, inventent la librairie clandestine et même la rotative! Ils ont doublé la capacité des imprimeries traditionnelles de la rue Saint-Jacques en cachant des imprimeries dans les caves. Les Nouvelles ecclésiastiques sont un hebdomadaire à grand écho social, une machine de propagande très habile. Elles font semblant de témoigner d’informations venues de toutes la France, elles rendent comptent des libelles mais elles sont alimentées par la théologie de l’histoire figuristes très manichéenne, la guerre entre l’erreur et la vérité, entre les jansénistes et les jésuites.

Idée de la représentation nationale :

Les magistrats jansénistes ont développé la nécessité de la représentation nationale, même si leur secrétaire, l’avocat Louis Adrien Le Paige n’a jamais revendiqué cette fonction pour le Parlement de Paris, qui reste un intermédiaire, un martyre chargé de réconcilier le roi avec la nation, le dépositaire de la vérité, le gardien des lois fondamentales, la vraie conscience du roi aveuglé par les jésuites.

Le jansénisme alimente une forme de rébellion des parlements mais il empêche toute évolution vers un système de monarchie constitutionnelle à l’anglaise. Finalement, les magistrats jansénistes du Parlement de Paris sortent encore victorieux de leur campagne contre les réformes judiciaires du chancelier Maupeou . Le Parlement de Paris est rétabli au début du règne de Louis XVI mais c’est une victoire à la Pyrrhus parce qu’il est désormais évident qu’il ne peut offrir aucune alternative politique à la monarchie absolue notamment en raison de la vénalité des charges. C’est à cette époque, dans les années 1780, que l’on voit pleuvoir des pamphlets antiparlementaires. Mais si le parlement ne peut représenter la Nation, s’il n’a pas déstabilisé la monarchie qui l’a toujours rappelé après l’avoir exilé, il a indéniablement creusé le lit du tiers état et alimenté la nécessité d’une représentation nationale.

L’Anticléricalisme

Involontairement, les jansénistes ont également creusé le lit de l’athéisme et de l’anticléricalisme. La querelle Unigenitus et les disputes intestines des jansénistes eux-mêmes ont lassé beaucoup d’esprits pour les disputes théologiques .Elles en ont également amusé, si l’on en juge par l’abondance des chansons et des vers sur les affaires du tems !

Le baron d’Holbach n’aura qu’à se servir dans les écrits des jansénistes du XVIIIe sièce pour réutiliser leurs arguments contre les évêques ou contre les jésuites. Mais cette fois, c’est contre la religion en général qu’il les retournera et lui reprochera de former un « Etat dans l’Etat », reproche typique des jansénistes à l’égard des jésuites ou de l’Assemblée du clergé.

Comment peut-on être janséniste au siècle des Lumières ?

Je répondrai pour conclure en utilisant une figure chère aux figuristes : comme un crabe qui marche à reculons.

Partager cet article

Repost 0
Published by Catherine Maire
commenter cet article

commentaires