Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 14:45

Dans le cadre de l'exposition Vivre au XVIIIe siècle, je donnerai une conférence à la Médiathèque de Montpellier le 3 décembre à 19h: "Comment peut-on être janséniste?"

http://www-test.entrouvert.montpellier-agglo.com/actualite/conf%C3%A9rence-de-catherine-maire-et-claude-lauriol-%C2%AB-comment-peut-%C3%AAtre-jans%C3%A9niste-%C2%BB

Le Jansénisme du Grand siècle comme courant théologique et spirituel né des controverses sur la grâce qui ont surgi dans le sillage du Concile de Trente est mort avec la destruction de Port-Royal des Champs en 1709. Mais l’acharnement que Louis XIV met encore à obtenir la condamnation pontificale du dernier doctrinaire du « parti », Pasquier Quesnel, avec la bulle Unigenitus en 1713, va le faire renaître sous une nouvelle forme.

C’est l’opposition à cette bulle fameuse qui va permettre au petit noyau des fidèles et des héritiers de relancer la bataille. Etre janséniste au siècle des Lumières, c’est d’abord être un adversaire de la bulle Unigenitus, présentée comme le symbole des erreurs qui ont envahi l’Eglise à l’instigation des jésuites, et c’est par la même occasion être un défenseur de la mémoire et de l’idéal de Port-Royal, posés comme les emblèmes du « petit nombre » des témoins de la vérité dans l’Eglise.

L’étonnant, pour l’historien, est dans l’écho que susciteront les développements de cette résistance, au départ ultra-minoritaire, clandestine et parisienne mais qui s’adresse directement aux fidèles, notamment par un organe de propagande, les Nouvelles ecclésiastiques. Cet appel à l’opinion publique fondé sur une théologie singulière dite « figuriste » est l’une des originalités majeures du mouvement. D’une part il encourage la résistance parlementaire au pouvoir monarchique, sorte de proto-opposition politique et d’autre part il suscite de spectaculaires et embarrassants disciples, les « convulsionnaires », de simples laïcs pour la plupart, nourris de l’interprétation des événements contemporains à la lumières des « figures » et des prophéties bibliques.

Mais au milieu de ces batailles, le parti janséniste se divise et s’épuise peu à peu, marginalisé par l’évolution du siècle. Les contradictions qui le déchirent auront une ultime occasion de s’exprimer lors de la Révolution française, dans l’opposition entre partisans et détracteurs de la Constitution civile du clergé. Il ne s’en remettra pas et ne subsistera plus que sous forme de petits groupes sectaires. Mais il aura bien été l’un des protagonistes le plus actif du siècle des Lumières et assurément le plus énigmatique

Partager cet article

Repost 0
Published by Catherine Maire
commenter cet article

commentaires